Notre article du mois de Novembre :

Ce billet part d’un constat et à vrai dire d’un agacement certain : rien de plus horripilant en effet, que d’avoir par exemple, des retours de mails (quand retour il y a …), sans formule d’introduction, ni remerciement, ou autres formules de politesse qui semblent désormais désuètes face à l’urgence des échanges. La cause prétendue de ces missives lapidaires : le manque de temps…
Cela dénote, d’une part,  la focalisation exclusive sur les objectifs et les résultats, sans tenir compte de la valeur essentielle : l’être humain ; et d’autre part, la non conscience de l’impact de sa communication…car oui, mesdames, messieurs, sachez-le, ON NE PEUT PAS NE PAS COMMUNIQUER.  Tout ce qu’on écrit, dit, ou pas, a des conséquences, que ce soit au travers de sa communication écrite ou orale et même non verbale. Et nous sommes convaincu que oui, la bienveillance est compatible avec l’efficacité ! Dont acte.

Petit guide à l’usage des professionnels,
pour reprendre en main votre intelligence émotionnelle
et améliorer vos qualités relationnelles au travail 

1 Adoptez une posture bienveillante 
La bienveillance a un sacré pouvoir d’influence et d’exemplarité sur autrui.
Notre conseil, adoptez ce présupposé : votre interlocuteur fait de son mieux !
A cultiver d’urgence : l’EMPATHIE, la capacité à se mettre  à la place de l’autre.

2 Développez ses qualités d’écoute
Pratiquez l’écoute active, attentive, une capacité à se placer en état de réceptivité, d’accueillir le message de votre interlocuteur et de reformuler pour valider ce qui a été dit et ne pas laisser place aux malentendus. Demandez, plutôt que préjuger de ce que vous croyez de ce que l’autre a voulu dire. Et regardez-le !

3 Donnez des signes de reconnaissances positifs !
Rien de plus difficile à vivre que l’indifférence ; la reconnaissance est un des besoins fondamental de l’être humain. Mieux vaut même un signe de reconnaissance négatif que pas de signe du tout. Ce besoin, nommé aussi caresse psychologique ou stroke, pas toujours intégré, notamment en entreprise, contribue à la satisfaction personnelle et donne envie de faire, et de faire, encore mieux. C’est un puissant outil de motivation ! Devenez un adepte des strokes *!
*•Selon Eric Berne, fondateur de l’Analyse Transactionnelle et auteur de nombreux ouvrages dont « Que dites vous après avoir dit bonjour ? »
Distribuez-les à volonté ! Soyez généreux, il y en a à foison. Plus vous donnez, plus vous en avez ! En tout état de cause, c’est quelque chose qui devrait circuler librement : s’ils ne vous reviennent pas, réclamez-en ! Et n’oubliez pas de vous en donner à vous-même !
En résumé : c’est gratuit, le stock est inépuisable, le retour sur investissement est immédiat, ça peut rapporter gros ! 

4 Osez aussi les compliments !
 S’ils sont dit avec sincérité bien sûr… La plupart des personnes sont focalisées sur ce qui ne va pas, et ne peuvent s’empêcher de souligner les manques.
Au mieux, « Quand c’est bien, c’est juste normal… ».
Pensez donc à valoriser l’autre, complimentez ! Exprimez votre satisfaction à travailler avec vos collaborateurs.

5 Souriez vous managez 
Votre capacité à gérer votre état interne est un atout pour générer de la bonne humeur autour de vous. Vous en êtes (seul) responsable. Apprenez à en user. Et si quelque chose d’extérieur vous a mis de mauvaise humeur, dites-le ! Plutôt que risquer de plomber l’ambiance en laissant imaginer aux autres qu’ils pourraient en être responsable.

6 Evitez les pièges de la communication
Comme par exemple imaginer ce que pense l’autre, en faisant de la lecture de pensées : le mieux c’est de privilégier les échanges pour comprendre les attentes de l’autre. Pensez aussi à  donner votre mode d’emploi, les autres ne sont pas censés non plus deviner vos fonctionnements. Alors communiquez ! Et exprimez des demandes claires.

7 Evitez les jeux psychologiques
Inscrivez-vous dans des relations gagnants-gagnants. Evitez de vous mettre en victime, accusateur, ni même en sauveur. Ce type d’échange dont personne ne tire aucun bénéfice est à proscrire. Si vous êtes un pratiquant compulsif, il est encore temps d’en changer, pour une communication plus authentique.

8 Adoptez le langage de la girafe (l’animal terrestre qui a le plus grand cœur !)
ou CNV (communication non violente), une méthode simple de communication collaborative, particulièrement utile en cas de conflit :
– décrire les faits de la manière la plus neutre sans émettre de jugement
– utiliser le « Je » plutôt que le tu (qui tue !) en faisant part de son ressenti et exprimer l’émotion que la problématique génère en vous.
– exprimer votre besoin par rapport  à la situation ou l’événement en question.
– proposer des solutions acceptables et réalisables, concrètes, positives et négociables.
Privilégier donc ce processus plutôt que son contraire, le langage « chacal », basé sur la domination et la manipulation.

 

9 Le plus : Partagez vos succès
Votre joie est communicative. Votre bonne énergie aussi. Cela permet d’améliorer sérieusement l’ambiance et le bien-être au travail, et donc la performance et  la rentabilité. N’hésitez pas à faire profiter les autres de ce qui génère pour vous de la satisfaction.

10 Le top : Influencez avec intégrité
Exemple : ça ferait très plaisir à quelqu’un de nous préparer un café ? J

En savoir plus, in(formez) vous : www.serendipity-consulting.fr

Avec écoute, respect, présence, et bienveillance…
Marilyn Garcia Leal

                        Paru dans Info Avignon Actualités (27.11.2014)

http://www.infoavignon.com/actualites/economie-actualites/le-rdv-mensuel-de-marilyn-garcia-leal-de-lart-de-bien-mieux-communiquer-en-10-propositions/

Girafe et Loup - Communication

Nous avons le plaisir de partager avec vous le fruit d’une de nos rencontres « sérendipitique » suite  à sa conférence  à Avignon à l’automne : il s’agit de Monique Castillo, docteur en philosophie, diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, qui consacre ses recherches à la philosophie kantienne et à la philosophie politique contemporaine…une rencontre des plus inspirante !

Elle nous fait l’honneur d’enrichir le concept de sérendipité qui nous est cher, pour lui donner une nouvelle couleur.
Sa réflexion donne tout son sens au coaching et à notre responsabilité à être acteur du changement.

Nous apprécions tout particulièrement sa générosité et sa bienveillance (sa lettre introductive en témoigne) et la richesse de sa pensée bien sûr ! 
C’est comme, je la cite, une sorte de « marrainage  intellectuel» dont elle nous fait cadeau. Qu’elle en soit ici vivement remerciée !

Je vous le laisse découvrir et (avec son autorisation) je vous l’offre à mon tour…

castillo2

« Chère Marilyn,
Voici un petit texte à votre intention. J’espère qu’il trouvera des échos dans votre sensibilité intellectuelle, laquelle l’aidera à atteindre son plein sens. Mon propos sera philosophique et ne consistera pas à dire la même chose que celle que vous dites très bien sur le plan psycho-existentiel.  Ce sera plutôt un recul interrogatif sur les besoins de donner sens à la vie aujourd’hui.
Avec mon très bon souvenir
Bien amicalement
Monique »

Monique Castillo à Marilyn Garcia Leal:

« Vous m’avez fait connaître le mot « sérendipité »; à travers votre site et l’usage qui en est fait dans les entreprises, j’ai cherché à découvrir ce qu’elle est.

La sérendipité évoque la sagacité, l’ingéniosité et l’ouverture à l’imprévisible. Mais pour chacun de nous en particulier, elle est d’abord un nouvel art d’être soi.

Parce que le sens de la vie est à réinventer ; parce que les valeurs sont à vivre comme des liens ;  parce que l’incertitude est condition de toute décision ; parce que savoir être permet de savoir-faire et parce qu’on ne se réalise qu’en se transformant…

Le chemin qui va du dedans au dehors (de l’intimité à l’activité), et le chemin qui va du dehors au-dedans (de l’événement à l’émotion créatrice), quand ils développent en profondeur la personnalité, font découvrir, avec la sérendipité, que la chance n’est pas un phénomène extérieur à nous-même.

Il est facile de croire que le hasard est un acteur étranger qui change à l’improviste le cours de nos vies. Mais s’il agissait totalement à notre insu, nous ne serions jamais que ses victimes… En vérité, c’est nous-mêmes qui le faisons agir en lui donnant un sens ! Nous transformons ainsi un hasard en une chance, une imprévisibilité en opportunité et une erreur en expérience.

C’est bel et bien notre écoute, notre attente, notre disponibilité psychique et mentale qui font la mise en sens de l’événement et sa métamorphose en intelligence et en action. Une disponibilité qu’il faut considérer et estimer comme une véritable culture. C’est en soi-même que chacun découvre les ressources, les idées, les  talents qui font voir autant que savoir, comprendre plutôt que prendre, convaincre au lieu de vaincre.

Ce qui justifie la nouvelle carrière de la sérendipité, c’est peut-être la porosité des frontières entre le matériel et l’immatériel, la pensée et l’action, l’intérieur et l’extérieur.    Le Monde ne commence-t-il pas en chacun de nous ?»
http://www.monique-castillo.net/
Je vous invite à découvrir sa pensée au travers la lecture de ses nombreux ouvrages.

 

Creative business

Nous croyons très fort à la force de l’optimisme.
Etre optimiste, c’est construire en pleine conscience sur des valeurs plutôt que sur des peurs. C’est être inconditionnellement positif et constructif, seule attitude possible pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain. Etre optimiste, c’est tirer parti de ses expériences, prendre sa part de responsabilité dans ce qui nous arrive, rebondir avec plus de facilité face aux obstacles rencontrés. C’est aussi un devoir envers les autres et nous-même. Une plus grande acceptation de l’autre et de sa différence.
C’est  un des piliers de la « réussite » et du bonheur. Plutôt que se focaliser sur les tourments, les échecs, imaginer, visualiser des objectifs personnels ou professionnels, c’est déjà un pas vers leur concrétisation. Du rêve à la réalisation, de l’idée à la conceptualisation, l’optimisme est incontournable. Il est facteur de créativité et d’innovation. C’est pour quoi nous vous accompagnons, tel un exportateur d’énergie positive pour vous apporter ce précieux ingrédient pour la réalisation de vos projets, pour dépasser vos freins.
L’optimisme se cultive.
Vous savez maintenant pourquoi, nous vous apprendrons comment…

Pour aller plus loin, nous avons fait notre le concept de « sérendipité »*, ou l’art de faire d’heureuses découvertes par « hasard ». Nous en avons fait une véritable méthodologie à mettre en pratique dans ses actions au quotidien. Nous déclinerons régulièrement dans ce blog , les trésors qu’il renferme, ses différentes palettes, et nous vous indiquerons comment faciliter cette conjoncture favorable dans votre vie. A partir d’un état d’esprit optimiste, la sérendipité  s’avère être une attitude permettant de s’adapter aisément aux impondérables, de tirer profit de circonstances imprévues, lâcher prise sur ce que l’on ne peut changer, et plutôt que de le subir, prendre plaisir à être pleinement  acteur du changement. C’est la faculté de découvrir quelque chose d’intéressant, de nouveau dans chaque situation. Cela concerne tout un chacun quelque soit sa situation, sa fonction, et son ambition qu’elle soit personnelle ou professionnelle.
En attendant notre prochain billet, soyez vigilant ! Vous n’êtes pas à l’abri d’une bonne surprise !

* nous avons écrit sur cette thématique dans un ouvrage à paraître aux éditions Dunod